L'énergie la moins chère

est celle que l'on ne consomme pas. Un tracteur 136 CV, c’est 200'000.- de diesel sur sa durée. Charrue mal réglée = +33% de carburant. Faucheuse rotative = +20% avec des couteaux émoussés. Taille du tracteur adaptée. Style de conduite, régime-couple, éviter les à-coups. Télé-gonflage des pneus. Prise de force et boite vitesses éco.

 

Questions à Cédric Linder
Conseiller agricole en gestion d'entreprise, FRI

 

Quelles sont les consommations importantes sur les entreprises agricoles du Jura ou Jura bernois ?


En production laitière, la production d’eau chaude, la machine à traire ou encore le séchage en grange sont des postes importants. En vache-mère, il y a peu de grosses consommations, si ce n’est l’habitation de la famille.
Pour l’habitation de la famille, c’est à chacun de faire ses choix en fonction de sa situation de départ. Economiquement, les marges de manœuvre sont les suivantes :

 L’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas.

 

Et le photovoltaïque ? Nous sommes actuellement orphelins de la RPC (rétribution au prix coûtant). L’investissement dans de grandes installations solaires photovoltaïques n’est souvent plus rentable, pour l’instant. Méfiez-vous donc des gens qui veulent vous vendre de gros projets sur vos toits. Les seules installations rentables sur nos fermes, sont celles dont la part d’autoconsommation est importante. Ça peut être une difficulté de consommer en même temps que le soleil brille. On doit alors adapter ses habitudes :


Un accu électrique sur les fermes ? Certaines entreprises soutiennent financièrement l’installation de batteries sur la ferme. Des batteries permettent d’augmenter la part d’autoconsommation et d’améliorer la rentabilité. Les progrès techniques dans ce domaine sont fulgurants car il y a beaucoup de recherche en lien avec la mobilité. Je pense que c’est assurément une solution qui a de l’avenir.

Quels conseils en matière de CO2 : en réduisant notre consommation d’énergies fossiles, nous limitons nos émissions de CO2. Mais, par rapport à l’ensemble des émissions de CO2, le rôle de l’agriculture n’est pas significatif. Au niveau agricole, pour une réduction des gaz à effet de serre, ce sont les cycles du méthane et de l’azote qu’il faut pouvoir mieux maîtriser.
Pour la consommation des tracteurs ?

Un tracteur de 136 CV consommera CHF 200'000.— de diesel sur sa durée d’utilisation.

 

 Comment agir sur cet important levier que représente les tracteurs ? (source HAFL Zollikofen) :

 

Un conseil d’orientation sur les énergies ? Le programme AgriPEIK est une bonne aide pour savoir s’il existe ou non un potentiel énergétique chez soi. Sans cet outil, il n’est pas simple de savoir si on dispose d’un potentiel d’économie d’énergie. Les comparaisons avec des collègues ayant d’autre structures et/ou d’autres productions ne sont pas aisées. Avec les références normées du programme AgriPEK, c’est plus facile !

Vos conclusions au quotidien ? L’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas. Lors de remplacement de machines et d’outils, il faut intégrer cet aspect énergétique dans ses choix. Il en va de même lors de travaux dans des bâtiments (économie et production d’énergie). L’énergie solaire (thermique et/ou photovoltaïque) est très intéressante. Avec la chute des prix des panneaux solaires, on peut actuellement produire sa propre énergie pour 12 cts/kWh (Romande Energie), alors qu’on l’achète actuellement 21 cts/kWh, voire plus pour les pointes de courant-force sur les entreprises.


Propos recueillis par Olivier Boillat, FRI


Conseil énergétique pour l’agriculture AgriPeik : des économies faciles à faire !


Ce programme permet de comparer les consommations entre exploitations (normes de références). Selon les résultats, nous voyons rapidement le potentiel éventuel d’améliorations. Dépensez moins pour les énergies sur vos entreprises agricoles du Jura et du Jura bernois. Cette vidéo est un mode d’emploi d’un programme qui vous permet une analyse de vos consommations d’énergies. Merci de prendre 30 minutes au calme pour regarder cette vidéo : nous vous expliquons comment vous pouvez mettre le doigt sur des économies possibles, en comparant vos consommations avec des données de références. C’est un mode d’emploi simple réalisé pour vous, qui remplace un cours FRI que nous n’avons pas pu organiser en raison des mesures anti-COVID :


1. Regardez la vidéo :


2. Après la vidéo :

Contact : cedric.linder@frij.ch, T 032 545 56 54